Un océan d’amour [de crêpes et de sardines… à l’huile]

Titre du livre : Un océan d’amour

Auteur : Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione

Genre(s) du roman : BD

Public visé : Les amoureux de la mer

Edition : Delcourt/Mirages

Parution originale : 2014

Nombre de page : 224

unocéandamour

La présentation officielle (la précision littéraire, il n’y a que ça !) : Ce livre ne contient que des idées pêchées au grand large par Wilfrid Lupano, selon des techniques artisanales respectueuses de l’environnement culturel, et les mises en boîtes à la sardinerie graphique Panaccione, Milan, Italie (Union européenne).

Ingrédients : océan (eau, sel, détritus), amour (eau de rose, baisers, mariage), sardines, mouettes, crêpes, homard, Bigoudènes endeuillées, sauce (aventure, suspense, second degré, drame sentimental, rebondissements absurdes, gags désopilants), Che Guevara (0,5 %), arôme artificiel de Vierge Marie.

Garanti sans dauphins, sans textes ni onomatopées.
Peut contenir des traces de pictogrammes.

A consommer de préférence avant que l’océan ne fasse plus rêver.

Valeurs nutritionnelles pour 100 grammes
Valeur énergétique : plein.
Protéines (naufrages, tempêtes, action, poésie, voyages) 65 g
Glucides (paysages sublimes, mélodrame sirupeux) 35 g
Lipides (humour gras, moralisme) 0 g

De quoi il est question : L’histoire déchirante (et amusante), d’un marin perdu en mer et de sa Bigoudène de femme lancée à sa recherche. Et d’une mouette aussi, parce que les mouettes, c’est cool.


AVIS :

Ce livre là me fait du gringue depuis le festival de B.D. d’Angoulême de l’année dernière, d’autant plus que mon libraire préféré m’en a refait l’éloge à la rentrée, me le rappelant à mon souvenir. J’ai donc été plus que ravie quand je me le suis vu offert par un ami. Le soir même, je me plongeai dedans, et j’ai aimé. Beaucoup aimé.

Il faut tout de suite préciser un détail sur ce livre : il n’y a aucune parole. Deux trois mots écrits sur une feuille dessinée, quelques rares onomatopées par-ci par-là, et les noms des bateaux, et c’est tout ! Ce qu’on lit le plus, c’est « sardines à l’huile délicieuses », et c’est amusant parce qu’à la fin, comme le personnage principal, on ne peut plus les voir, ces boîtes de sardines. Tout l’intérêt du livre est donc dans l’illustration, et je ne peux que féliciter le dessinateur qui a su me faire éclater de rire, me serrer le cœur, et m’empêcher de fermer le livre avant de l’avoir fini. Il m’a complètement embarqué dans son univers.

1658567_708274055913626_3012095323003704970_o

Les dessins peuvent paraître simples, mais il ne faut pas se fier aux apparences. Les personnages, bien que mignons, adorables et trognons, ont tout un panel d’émotions sur leur visage. On ressent le désespoir du marin perdu en mer, sa haine des boîtes de sardines, la tristesse de la Bigoudène qui ne revoit pas venir son mari, sa détermination à le retrouver, et bien sûr, sa bonne humeur. Ils en deviennent super attachants, et dès les premières pages, on souhaite qu’ils s’en sortent avec un happy end. Et à côté des personnages, il y a des paysages aux ambiances très fortes. La mer de détritus nous prend aux tripes, les tempêtes nous glacent le sang, la côte bretonne nous émeut. Il y a beaucoup de bonnes trouvailles graphiques, comme la manière d’introduire les flashbacks. Le présent et le passé se superposent le temps d’une vignette, et des tons différents (à l’image des photographies sépia) sont utilisés le temps du souvenir. Visuellement, c’est un vrai régal !

Océan3OCEAN DAMOUR_INTcs6.indd

À cela s’ajoute un scénario rondement bien mené ! Les péripéties s’enchaînent au bon rythme : la routine, la tempête, élément perturbateur, et le chemin des deux personnages pour retrouver leur moitié perdue. Pas moyen de s’ennuyer, même sans paroles. L’histoire est triste et aborde des sujets assez lourds comme la difficulté pour un pêcheur de rivaliser avec les cargos-pêcheurs, les pirates, la pollution de la mer, et la dictature, mais même si cela serre le cœur, le livre ne se départ jamais de sa dose d’humour. Vous allez découvrir avec ce livre un moyen efficace pour se libérer lorsqu’on est enchaîné en pleine mer, l’art de divination à la mode bretonne, les talents du Bigoudène superstar, et l’histoire d’amitié touchante entre une mouette et un pêcheur.

Bref, vous l’aurez compris, ce livre a été pour moi un véritable coup de cœur. Beau, doux, amusant et touchant, j’ai eu tout ce que j’attendais, et plus, avec ce livre. Les personnages sont attachants, l’histoire est super intéressante, les dessins sont jolis, et tout ce beau paquet-là est enveloppé dans une couche d’humour.. Je ne vois pas comment ne pas comment ne pas vous poussez à vous à le dévorer. Attention tout de même à ne pas le lire en public : éclater de rire, seul, dans la rue, avec un bouquin entre les mains, ça ne passe pas partout !

03


20/20

Un bijou de tendresse visuelle !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s